De la normalité banale des évènements quotidiens

Ce matin, ne me préoccupant que d’arriver à l’heure à mon rendez-vous, j’avançais, ma foi assez gaiement, dans la rue. A ma grande surprise, j’aperçois un homme qui a la tête dans la vitre de la plage arrière d’une voiture qui est garée là. Il est immobile, le bras droit ballant. Il y a du verre cassé sur le sol et une longue barre métallique qui a dû servir à casser la vitre arrière. Du moins je l’espère car casser une si petite vitre d’un coup de tête avec cette efficacité aurait relevé de l’exploit. Dans le feu de l’action, et sachant que ça constituerait une anecdote cocasse, j’ai gribouillé des croquis explicatifs.

La tête dans la vitre

Il faut parfois savoir utiliser sa tête.

La première chose qui m’a traversé l’esprit à ce moment là fut « il faut que j’appelle la police ! Cet homme est en danger ». Non. Ça c’était la deuxième chose. Car, voyez-vous, lorsqu’on est face à un évènement imprévu, notre cerveau, qui n’a que l’instinct de survie en tête, aime imaginer en tout premier lieu la plus improbable et la plus dangereuse des réalités.  Il agit par élimination. On entend un bruit dans la maison, c’est avant tout au cambrioleur qu’on pense, oubliant par le fait même qu’on habite au 7-ème étage, que l’alarme ne s’est pas déclenchée, que le chien n’a rien remarqué et que le bruit provenait du placard. C’est seulement après avoir éliminé l’attaque térroriste, l’incendie, le tremblement de terre et l’alien clandestin qu’on finit par conclure que c’est juste un bouquin qui est tombé.

Ainsi j’ai d’abord pensé à « il est mort. » puis « il s’est suicidé, il est mort. » puis « on l’a tué, il est mort » puis « cet homme est mort mais je n’en suis pas sûr et je n’en connais pas la cause. » Au final, j’en suis venu à la conclusion rapide qu’il avait été victime d’un règlement de compte impliquant, forcément, la mafia.

Goodfellas

Vous aurez reconnu Joe Farfalle, Tony Spaghetti et Jimmy Tortellini

Il avait surement manqué de respect à un grand ponte de la mafia du coin.

Mais très vite cette analyse montra ses limites. De toute évidence la vitre avait été cassée avant que ce brave homme ait eu la tête enfoncée dans l’ouverture ainsi créée. J’imagine mal des mafieux connus pour leur violence prendre soin de casser la vitre au préalable.

Ou alors le type était déjà mort, ils l’ont apporté jusqu’à la voiture et ont pris le temps de mettre en scène un « faux suicide ». Voulant bien maîtriser tous les éléments et ne pas se blesser, ils ont prudemment brisé la vitre, calé le mec bien en équilibre et ont dû être surpris par un quelconque représentant des forces de l’ordre qui les a obligé à fuir sans prendre soin de cacher la barre de fer. J’avoue que sans ce petit détail, tout le monde aurait cru au suicide. Moi si je devais me suicider d’une façon classe et qui montre ma détermination et l’énergie que j’ai mise en oeuvre pour mettre fin à ma vie, je choisirais cette méthode aussi. Sauter du balcon c’est tellement démodé.

Mais toutes ces hypothèses ne me convenaient guère et je me retrouvais devant la scène du crime un peu circonspect. Me frottant le menton d’une manière qui laissait penser que j’étais en pleine réflexion tout en étant à la fois décontracté, en pleine maîtrise de la situation.

J’ai donc imaginé un autre scénario.

J’ai remarqué que le lacet de ce malheureux badeau était légèrement lâche. Pas défait mais quelque peu dénoué. Peut-être se préparait-il à entrer dans sa voiture quand il voulu renouer son lacet, et, se baissant avec un peu trop de force, il traversa la vitre et resta ainsi coincé. Hurlant à l’aide, un passant à peut-être voulu l’aider, s’est emparé d’une barre de fer qu’il aurait trouvée dans les environs et aurait essayé de sortir le pauvre homme en faisant levier. Entreprise maladroite qui, au bout du compte aurait finit par briser le cou de la victime ce qui aurait affolé le passant qui aurait laissé la barre ici et fuit à toutes jambes.

Témoignage

Où va le monde ? Moi je vais vous le dire où il va : il suit son orbite autour du soleil.

Toujours est-il que très vite, je me suis senti observé. Les gens auraient pu se méprendre. Ne me voyant pas bouger, ils auraient pu croire que j’étais l’instigateur du désatre ou bien que j’étais un sadique admirant le travail délectable d’un confrère assassin. C’était une situation critique. J’ai donc passé mon chemin sans me retourner. Espérant que la situation s’améliore, comme elles s’améliorent souvent d’elles-même en général.

Mais ne pas savoir est pire que de connaitre l’atroce réalité. Ne résistant pas à ma curiosité, je me suis retourné une fois. l’individu malheureux avait sorti sa tête de la voiture et ne semblait pas trouver la situation plus grotesque que ça. Quelque minutes plus tard, repassant par le même chemin, il n’y avait plus ni voiture ni bonhomme un peu taré. Juste du verre brisé.

Il avait surement laissé ses clés de bagnole à l’intérieur. Ce sont des choses qui arrivent.

Laisser un commentaire

12 Commentaires on "De la normalité banale des évènements quotidiens"

Notify of
avatar
Sort by:   newest | oldest | most voted
Christine
Invité

Très sympa ce récit illustré. C’est vrai qu’on imagine toujours le pire devant une situation imprévue. Très bien mis en évidence. Bonne continuation

Angelsman
Invité
L’histoire m’a fait sourire ^^ assez comique de voir que d’une situation banal (ou presque) tu arrive à imaginer des scénarios tous plus farfelus les uns que les autres. Sinon j’aimerai te parler d’un sujet complètement à l’opposé: Les Labels -N-. J’ai vu que une de tes sagas(Agent 0) a été récompensée de nombreux prix (les Labels Netophonix) et je trouve que tu devrais les affichés quelque part. C’est comme une récompense, tu te dois de la mettre en évidence au dessus de ton lit et pas dans un placard (métaphore).Enfin ce n’est que mon point de vue. J’aimerai un… Read more »
Dunmorix
Invité

Euh…. tourte?

Rem's
Invité

J’adore ta façon de raconter l’histoire ^^
(J’aime bien aussi les noms de purs mafieux… Ils n’ont pas l’air d’avoir été trouvés sur une boite de Panzani pour une fois…)

Et personnellement, le 1er truc qui me serait venu a l’esprit en voyant une personne dans cette position est une question métaphysique fondamentale : « Si je lui botte l’arrière-train, que se passera t-il ? »

Funfrok
Invité

J’aime!

ARH
Invité

Comme quoi, nous cherchons toujours d’abord à trouver le pourquoi du problème avant sa solution.

wpDiscuz