Mimetisme animal. Dieu ? c’est toi ?

Un article un peu métaphysique pour changer. Comme je vois que vous réagissez bien à mes articles « sérieux » et un peu intellos. Vous êtes super cools !

Ne vous inquiétez pas, la prochaine fois c’est une vidéo, ça va reposer notre bulbe à nous tous.

Aujourd’hui les enfants, on va s’interroger sur le mimétisme animal et le rôle de l’évolution dans ce mécanisme. Vous êtes prêts ? Alors accrochez-vous et cliquez !

Bon, plus je me renseigne et plus je me rends compte que c’est pas si simple de se caser dans des catégories de pensées. Parce que moi j’ai tendances à penser des choses, chercher des arguments qui étayent ma thèse jusqu’à ce qu’un truc vienne contredire tout ça et changer mes conceptions. Disons que pour me faire une idée, j’essaye de penser comme les adeptes des différentes écoles de pensées. Pour savoir si un déiste à raison, je vais essayer de penser comme lui, puis dans la peau d’un athéiste, puis d’un créationniste, puis d’un scientologue, puis d’un fan de Twilight…des fois je reste longtemps dans la peau de ces rôles, parfois beaucoup moins (devinez auxquels je fais référence…)

Du coup, je me suis retrouvé à ne pas trop savoir à quel courant de pensée j’appartiens. Sceptique…oui…agnostique…je crois. Ça me semble être les deux termes qui me vont le mieux. Malgré tout, j’aime penser de manière poétique et ésotérique parfois. C’est selon moi constitutif de la pensée humaine et puis c’est ma personnalité, mon histoire, et comme j’aime comprendre les idées humaines, j’aime penser parfois comme ça histoire de ne rien louper quitte à me planter sur le sens de l’univers.

Y en a peut-être qui diraient que j’ai pas de convictions. J’en ai mais j’évite effectivement les idées tranchées. J’évite le dogmatisme, car, malgré tout le respect que je dois aux cartésiens les plus matérialistes…la science ne sait pas répondre à tout, elle change et ils n’étaient pas là lors du Big Bang. J’crois qu’on doit toujours douter pour comprendre.

C’était quoi le sujet déjà ?

ha oui. Le mimétisme animal.

En fait c’est pas exactement le sujet, juste le déclencheur. Déclencheur matérialisé par la charmante chenille serpent (j’arrive pas à trouver son nom exact)

SSSSSssssalut !

C’est cette petite chenille qui m’a lancé dans une réfléxion métaphysique. Admirez le talent ! Pour échapper à ses prédateurs elle peut gonfler son arrière-train pour qu’il ressemble à la tête d’un serpent, forme et texture. Mais c’est une chenille, point de venin ni de dents acérées ici.

Allez une autre photo pour le fun.

Impressionnant ! Limite on dirait une peinture avec des faux reflets imitant les écailles luisantes du serpent.

Maintenant la question. Je connais un peu la théorie de l’évolution et donc je sais que du chaos, à travers les essais, les erreurs, la pression exterieur et les hasards se créé l’ordre. Ordre qui renforcera l’espèce petit à petit sur une très longue période.

Ok.

Mais quelque chose me gêne…ça voudrait dire que sur des millions d’années, cette chenille a pris de multiples formes et couleurs, la plupart n’ont pas fonctionné en tant que camouflage et un jour. Un jour. BOOM. Le hasard a fait que la forme ET la texture qu’a pris cette chenille s’est mise à ressembler, par pur hasard à un serpent, qui se trouve être l’animal parfait auquel il fallait ressembler pour échapper au prédateur. Ça c’est du coup de bol ! Darwin devait être un grand joueur de Loto !

Je suis convaincu par la théorie de l’évolution. Elle est pour moi indiscutable la meilleure explication à l’heure actuelle. Mais quelque chose doit m’échapper car si ce sont ces mécanismes qui s’appliquent, pourquoi cette chenille n’auraient-elle pas ressemblé à un tigre…ou à un lama…un poisson lune ou à la planète Mars. On est d’accord pour dire que la chenille ne sait pas à quoi ressemble un serpent…alors ce sont ses gênes qui le savent ?! On dirait un peu qu’ils ont été aidés non ?

Si c’est juste une question de hasard et de tentatives ratées jusqu’à aboutir à une solution efficace, comment ce fait-il que la chenille, dénuée de conscience de son environnement, ait pu comme qui dirait SAVOIR qu’il fallait ressembler à un serpent.

Voyez-vous ce qui me gêne(étique) ?

Nous, humains, voyons le monde. Et, dotés d’une intelligence plus évoluée que celle d’un insecte, nous pouvons récréer ce que nous voyons avec des outils. C’est le libre arbitre face à ce que nous ont données nos gênes. On peut dessiner, photographier ce que l’on voit. Si on veut se camoufler, on dessine sur nos vêtements des motifs de treillis. Parce qu’on a conscience de ce qui nous entoure et nous savons le recréer.

Mais la chenille. Cette « #%ù**£ de chenille ! Elle n’a pas cette conscience. On dirait que certes, le hasard a modifié les gênes petit à petit, mais un hasard qui part dans tout les sens comment fait-il pour aboutir, au final, au résultat parfait pour une situation donnée ? C’est ça que je n’arrive pas à comprendre dans l’idée de Darwin. Ça implique un nombre d’erreurs et de tentatives à la limite de l’infini..

Et puis un hasard aussi dispersé au début devrait aboutir à des résultats totalement délirants dans les tout premiers stades de l’évolution non ?

Dans d’autres exemples d’évolution (branchies qui deviennent poumons, développement du cerveau, développement de la capacité de voler…) ça me gêne moins.

C’est la composante visuelle ici qui m’intrigue. Mais je pense que je passe à côté d’un principe fondamentale de l’idée de Darwin et je n’arrive pas à trouver laquelle.

Deux papillons très ressemblants et pourtant d'espèces différentes

Les insectes, et les papillons plus particulièrement, sont fascinants pour ce qui est du mimétisme.

C’est donc une question qui reste en suspend pour moi. Tout ceci m’apparait comme résultant d’un hasard guidé. Mais ça revient à dire qu’il y a une intelligence derrière tout ça et donc c’est accepter l’idée de dessein intelligent et de complexité irréductible. Deux concepts trop fermés, affirmatifs, catégoriques et théologiques pour moi.

Il y a un autre domaine où la théorie de l’évolution m’intrigue. C’est quand on pense aux bactéries et virus. Pourquoi ces êtres, qui cherchent, comme tout être vivant, à survivre à tout pris, finissent par tuer leur hôte ? Est-ce une avantage ? ça me parait aller à l’encontre des principes de l’évolution…leur forte capacité de contagion, aboutissant à une forte reproduction, ça c’est un avantage. Mais pourquoi tuer son hôte ? IT DOESN’T MAKE ANY SENSE !

j’ajouterais à ça…

(je sais que ça fait beaucoup d’interrogation mais c’est aussi une sorte de bloc-note pour moi)

Pourquoi, deux animaux par exemple, qui n’ont pas de lien génétique direct, ou alors un lien extrêmement ancien et primitif, finissent par développer un même organe tel qu’un oeil, un poumon… Comme s’il y avait une base de donnée génétique des organes qui fonctionnent…lorsqu’il y a un ancêtre commun je peux comprendre mais en dehors…mystère pour moi.

Alors si il y a, parmi vous lecteurs, des spécialistes de la théorie de l’évolution, ou si vous connaissez un sage Darwiniste. Merci d’éclairer ma lanterne ! Documents, documentaires, forum…je prends tout ! Il n’y a aucun dogmatisme à abolir ici, je suis près à changer ma vision qui reste, de toute façon, indécise.

Laisser un commentaire

70 Commentaires on "Mimetisme animal. Dieu ? c’est toi ?"

Notify of
avatar
Sort by:   newest | oldest | most voted
lilyblue
Invité
c’est vraiment très intéressant! C’est vraiment le genre de sujet qui me passionne… Bon, c’est vrai que l’article est vieux, et désolée, je m’apprête à dire des chose pas forcément utiles! Bon, primo, ok, chacun a sa théorie sur l’évolution, et tout le monde a raison puisque personne n’a tort (enfin c’est comme ça que j’ai décidé de voir la chose) bref! Un truc qui me pose vraiment problème; c’est effectivement les virus ou les bactéries; soit, admettons qu’ils « soient débiles » pour certains; mais pourquoi s’obstiner à avoir des attitudes suicidaires? et dans quelle mesure ne sont-ils pas l’expression du… Read more »
Dandaie
Invité

J’ai pas tout lu je le confesse. Mais dès lorsqu’on parle de hasard (dans le sens d’aléatoire que tu utilise) et bien on peut parler de probabilités ! Peut-ête sont-ce ces probabilités que tel ou tel camouflage fonctionne qui entrent en jeu ?

Kid
Invité
Je doute que ça te soit très utile, mais il y a un bouquin sympa de Warren Fahy qui s’appelle FRAGMENT et qui, sans répondre à aucune de tes questions car il n’a rien de théorique, propose des théories scientifiques intéréssantes sur l’évolution, même si ce n’est pas SPÉCIFIQUEMENT ce sujet-là… Le livre est ce qu’on appelle un « thriller environnemental », dans la veine des Jurassic Park. L’histoire est celle d’un émission de télé-réalité sur des scientifiques genre spécialistes des fonds marins (poissologues) ou des espèces disparues (aznavourologues) qui sont dans un bateau et que les producteurs essaient de mettre ensemble… Read more »
Osamoele
Invité
Bon alors je tiens à m’excuser à l’avance si ce que je vais dire l’a déjà été mais je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires du dessus, très farfelus qui plus est ( quoique intéressant pour certains ) Donc je suis en FAC de bio, et si c’est encore d’actualité, je voulais apporter quelques réponses éventuelles sur les questions posées ci-très-dessus :  » Ça c’est du coup de bol ! Darwin devait être un grand joueur de Loto !  » Il faut se rendre compte d’un truc, la vie existe depuis 3 à 4 milliards d’années,… Read more »
Ellicam
Invité
Bon, cet article se fait vieux mais pas sont sujet. Je vous propose une approche totalement différente. Certains la qualifieront de délirante, folle, voire carrément débile. Pourquoi les êtres vivants ? Parce que. Là n’est pas la question. Imaginons une entité, je ne parle pas d’un être vivant, pas plus que du ki, de l’énergie astrale, du chaos, de dieu, de la force, ou encore même d’un plat de spaghetti. Juste une entité. Même pas « quelque chose » plutôt que « rien ». C’est là et c’est tout. Cette entité veut exister. Car elle n’existe pas. Pourtant elle est là. Comment ? Peu… Read more »
wpDiscuz